62423540

  • QUEL DEVENIR POUR L ECOLE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ?

    Conseil communal du 28 avril 2me partie

    C’est en avril 2008 et sur base du comité d’acquisition, que les anciens bâtiments de l’école de la communauté française de Gedinne étaient à vendre, expropriée pour cause d’utilité publique, et évalués à 150.000€. La proposition ayant été refusée aux finances, le chiffre est revu à 190.000€ et est à nouveau refusé. La communauté française a alors demandé une estimation contradictoire et un notaire de la région namuroise a chiffré une évaluation dans une fourchette allant de 225.000 à 275.000€. Sur cette base, la commune de Gedinne a proposé un nouveau chiffre de 225.000€ pour l’acquérir.

    Noël Suray a cité une liste de travaux à y effectuer et questionna la majorité afin de savoir où cela en était et si des travaux y avaient déjà été effectués. »Vous achetez un bien sans savoir ce que vous en ferez » lança J C Grandjean. Pour le bourgmestre « Rien ne sera décidé avant la prochaine législature. Ce sera un beau projet, une extension qui pourrait par exemple, regrouper la maison communale et le CPAS. Nous conserverions aussi cet endroit pour le bal en plein de Gedinne, une référence solide pour notre commune ». Véronique Léonard s’inquiéta de savoir si la commune allait acheter tous les bâtiments désaffectés, par crainte qu’ils ne tombent en mauvaises mains. Pour certains conseillers, il serait intéressant de savoir si l’achat de ce bâtiment ne serait pas plus onéreux que d’en construire un neuf.

    Finalement, le bourgmestre a invité ses édiles à réfléchir sur le devenir de ce bâtiment et la suite à y réserver, en considérant que la communauté française conserve les nouveaux bâtiments se trouvant en face, qu’une séparation sera faite entre les vieux à vendre et les nouveaux conservés pour l’école primaire, qu’une cour de récréation serait construite à l’arrière. IL a rappelé que ce serait la législature suivante qui prendrait décision sur ce sujet. Le groupe Suray a décidé de conserver le même vote que lors d’une réunion précédente, c'est-à-dire 5 non.

     

     

    LES CHICANES DE LA RUE MONTREUIL A RIENNE

    Des zones d’évitement ont été réalisées sur une longueur de 10m à la rue E Montreuil à Rienne. Elles sont disposées en chicane, réduisent progressivement la largeur de la chaussée à 3,5m et sont distantes de 15m. Une priorité de passage a été instaurée dans le rétrécissement avec une priorité pour les conducteurs qui se dirigent vers la N952. Certains édiles prétendront qu’il ya des risques d’accidents car on tourne à gauche et ensuite à droite, souhaitant une priorité en sens inverse, qui réduiraient les risques d’accidents.

     

     

  • LE SURPRESSEUR SERA-T-IL SUFFISANT POUR ALIMENTER PATIGNIES ?

    AU CONSEIL COMMUNAL DE GEDINNE, 28 AVRIL 2011

     

    LE SURPRESSEUR SERA-T-IL SUFFISANT POUR ALIMENTER PATIGNIES ?

     Lors du conseil communal du 28 avril, il était question de l’installation d’une pompe de surpression à Patignies et d’un contrat d’assistance avec l’INASEP.

    Une pompe de surpression devrait être installée entre le captage des spèches et le pompage de Patignies pour aider à l’alimentation  du village via le pompage de la rue des Chambrys. L’écoulement gravitaire ne suffit plus en cas de forte consommation et un système de télécommande par sms enclencherait la pompe de surpression avec un arrêt du remplissage à partir d’un certain niveau. Le système aurait un double avantage : Privilégier l’écoulement gravitaire sans aucune énergie électrique, et assurer l’approvisionnement automatique en eau lorsqu’il y a demande et nécessité. Le devis de cette installation est de l’ordre de 12.812€ HTVA. Tel est le projet proposé par le Bgt Vincent Massinon aux édiles Gedinnois.

     Les réactions ne se sont pas fait attendre : Noël Suray a parlé d’un dossier incomplet, avec la nécessité de choisir et définir un endroit, poursuivant sur les conseillers qui ne disposent pas de tous les éléments pour se prononcer. Des questions ont fusé : Faudra-t-il amener l’électricité au niveau des champs ? Est-ce nécessaire que la commune travaille avec une entreprise privée ? Pourquoi pas un captage plus proche et dans une parcelle qui serait communale ?

    Si la consommation de Patignies reste stable, un apport d’eau est nécessaire et se fait par les pompiers de Gedinne.  Le bourgmestre  a aussi évoqué 8 fuites d’eau actuellement dans l’entité de Gedinne et dont 25% du captage global se retrouvent dans la nature. Il commente : « C’est une question de semaine pour régler le problème des fuites avec les ouvriers et la SWDE, ainsi que quelques autres semaines pour installer le surpresseur qui apporterait le petit plus manquant à la distribution ». Et de citer la suppression du puits incriminé à cause de l’arsenic, expliquant les analyses  faites depuis 2004 (contestées) ainsi qu’un toutes boites distribué à la population du petit village (contesté).

    Véronique Léonard : « Votre manière de traiter les dossiers est problématique » Des discussions ont suivi sur le doute des analyses mensuelles d’eau, expliquant que tout était hors norme en 2004. Une altercation verbale entre le bourgmestre et Véronique Léonard s’est alors entamée jusqu’à ce que l'échevin Marchal intervienne, criant au dérapage en s’adressant à la conseillère du groupe Suray. On a aussi parlé de remplacer la conduite,  que le STP voulait un château d’eau, qu’INASEP devrait assumer le dossier dont il a la charge…

    Il faut savoir que des fuites d’eau existent sur Patignies depuis 3 à 4 ans, souvent au départ de morceaux de socarex qui ont lâché et qu’une nouvelle fuite a été détectée depuis 3 à 4 semaines avec 24 m³ de perte d’eau par jour.  

    En finalité, 8 conseillers sur 15 ont approuvé le projet du surpresseur, 6 ont refusé et un autre s’est abstenu.

     

    Le bourgmestre Massinon  a envoyé la copie du toutes boites distribué à Patignies en avril 2010, les résultats des analyses d’eau depuis 2004 et les fuites d’eau détectées, souhaitant prouver ce qu’il avait avancé en conseil.

     

    Ils sont transcris ci-dessous :

     

    Le toutes boites distribué en avril 2010 :

     

    Mesdames et  Messieurs ,

    Dans les prochains jours, l’alimentation en eau pourrait faire défaut de temps à autre dans votre village, ce que nous aurions à déplorer.

    En effet, suite à la réception ce mercredi 21 avril, des résultats de l’analyse « métaux » annuelle obligatoire, il s’avère que cette année, la teneur en arsenic est dépassée sur la distribution de Patignies (valeur mesurée : 0,075 gr/litre / norme européenne : 0,010 gr/litre).  En 2004, une non-conformité en arsenic avait été constatée et le puits du Pairy avait été identifié comme responsable de cette présence d’arsenic. Les années suivantes, bien que le puits du Pairy utilisé en appoint du captage des Spèches n’ait pas été fermé, les analyses annuelles en arsenic s’étaient avérées correctes.

    Vu le résultat de cette année, nous avons demandé au service des eaux de fermer ce puits du Pairy, ce qui aura pour effet immédiat de mettre fin à cette présence en arsenic.

    De plus, conformément à la législation, une fiche d’incident a été envoyée pour information aux services compétents de la Région Wallonne.  Dans la foulée, réglementairement, un re-test de confirmation a été commandé au laboratoire de l’Inasep, laboratoire agréé par la Région wallonne pour réaliser  nos analyses d’eaux obligatoires.

    Il est à noter que la décision de fermeture du puits du Pairy risque de vous poser quelques soucis au niveau des disponibilités en eau. En effet, si votre consommation représente actuellement en moyenne que + /- 40 m3 par jour  sur l’entièreté des abonnés du village de Patignies (ventes eaux Patignies 2007 = 13.712 m3 ), la présence de fuites sur le réseau conduit à approvisionner le village à hauteur d’environ 100 m3/jour, soit quotidiennement plus de 60 m3 de «gaspillage».

    A notre demande, le service des eaux communal concentre actuellement ses activités à la recherche de l’origine de ces fuites.

    Dans l’attente, le captage des Spèches, avec sa capacité d’environ 60 m3/jour ne permet pas d’alimenter le village sans avoir à recourir à des appoints par le service incendie par exemple via le réservoir des Combes à Gedinne .

    Dans l’attente de la résolution de ces problèmes techniques qui devraient améliorer la situation, nous vous demandons d’une part, de faire preuve de compréhension et d’autre part, d’essayer de réduire vos consommations d’eau tant que faire se peut, et ce plus particulièrement à l’approche du week-end (cf. consommation plus importante vu la présence de secondes résidences).

    A noter également que le Service Technique Provincial et l’Inasep travaillent actuellement de concert à l’élaboration de solutions techniques visant à augmenter la production d’eau à destination du village de Patignies  (remplacement de la conduite des Spèches, nouveau réservoir complémentaire, etc…)

    Vincent Massinon

     

    Les chiffres avancés par le bourgmestre :

                                                             

     

     

                                             

     Captage des Spèches

    Puits

    du    

    Pairy

    Total

      

    Patignies

     

    Différence et perte (en m³)

    2004

    7.454

    10.434

    17.888

     

    12.940

     

    4.948

    2005

    14.670

    3.184

    17.854

     

    11.353

     

    6.501

    2006

    23.322

    463

    23.785

     

    13.153

     

    10.632

    2007

    20.318

    111

    20.429

     

    13.712

     

    6.717

    2008

    26.061

    0

    26.061

     

    14.333

     

    11.728

    2009

    22.417

    9.735

    32.152

     

    12.511

     

    19.641

     

     

    Résultats analyse Arsenic annuelle réseau de Patignies (normes : < à 0,010 gr/litre):

     

    Août 2004 : hors normes : 0,125 gr/litre ;

    Novembre 2005 : OK, inférieur à 0,0004 gr/litre ;

    Mai 2006 : OK, 0,0011 gr/litre ;

    Novembre 2007 : OK,  0,0006 gr/litre ;

    Mai 2008 : OK, inférieur à 0,0004 gr/litre ;

    Septembre 2009 : Ok, 0,0007 gr/lire ;

    Mars 2010 : hors normes : 0,0751 gr/litre ;

     

    ****************************************************************

     

  • VUES D ICI : CADEAU POUR BEBE. VUES D'ANTAN : TOUT UN CONCOURS

     

    Expo livre bébé et vues d ici (33).JPG

    Le livre VUES D’ICI de Fani Marceau et Joëlle Jolivet (éd.Naïve) a été choisi  cette année pour être offert aux familles des bébés nés en 2010.C'est un livre étonnant tant par sa taille que son contenu, qui  se déploie en un immense accordéon de lino gravures en noir et blanc, représentant des paysages du monde entier peuplés d’animaux et d’humains, une fabuleuse invitation au voyage autour de la planète.  Ce 25 avril, une exposition ludique et interactive consacrée à ce livre a été inaugurée. Les familles des bébés nés en 2010 y ont été conviées pour recevoir le livre et se plonger dans  son univers. 

     

     

    Un concours de peinture avait aussi été organisé pour cette occasion: il avait été proposé aux artistes, enfants ou adultes, d'interpréter en noir et blanc, comme les planches du livre offert aux bébés, une des "VUES D'ANTAN" représentant ces agrandissements de cartes postales anciennes exposées dans les villages de la commune et qui immortalisent un passé pas si lointain que ça et dont les aînés se souviennent.

     

    Les Lauréats du concours:

     

    Catégorie adultes:

    1 Isabelle Jouve

    2 ex aequo:Françoise Donneaux et Charline Maertens

     

    Catégorie adolescents:

    1 Alena Meskens

    2 ex aequo:Elise Robinet et Mireille Goddens

     

    Catégorie enfants primaires: Davin Clarinval

     

    Catégorie enfants maternelles: Valentin Kakienza et Benjamin Pompier

     

    La séance académique était rehaussée par le bourgmestre Vincent Massinon, et se trouvait sous la houlette d'une cheville ouvrière importante, Marianne Hody, une organisatrice hors paire qui offre à chaque fois son expérience à toute une population. Voyez les photos

     

     

     

     

     

     

  • Légèrement blessé entre Sart Custine et Vencimont

    accident Gedinne station 22 avril 2011 23h.JPG

    accident Gedinne station 22 avril 2011 23h (2).JPG

    Une voiture Berlingo conduite par un jeune homme habitant rue R Gridlet à Gedinne, et qui roulait entre Vencimont et Sart Custine, a perdu le contrôle de sa voiture  vendredi soir vers 23h10. Après avoir mordu l’accotement, il a cogné des grumes de bois et a fait une embardée d’environ 80m le long des sapins avant de se retrouver sur le toit en contrebas de la route étroite et sinueuse. Les pompiers de Gedinne sont intervenus pour le transporter au CHR de Dinant et le véhicule a été enlevé par le dépanneur Olivier Poncelet de Renault assistance de Gedinne Station. Les policiers de la zone Houille Semois ont constaté.

     

     

  • Le sort s’acharne à la ferme Adam de Louette St Denis

    début d'incendie à la ferme Adam Louette St Denis 22 avr 2011 (1).JPG

    début d'incendie à la ferme Adam Louette St Denis 22 avr 2011 (3).JPG

    début d'incendie à la ferme Adam Louette St Denis 22 avr 2011 (4).JPG

     

    début d'incendie à la ferme Adam Louette St Denis 22 avr 2011.JPG

    Le sort s’acharne à la ferme Adam

    Dimitri Cordy, un transporteur routier voisin, a entendu des explosions et a remarqué les flammes qui émergeaient de la ferme d’Abel Adam à la rue d’Houdremont à Louette St Denis, jeudi vers 23,30h. Il a prévenu les secours et le fermier.

    Immédiatement, c’est tout un voisinage proche qui s’était rassemblé pour aider. Un tracteur était en feu, ainsi qu’un épandeur et un semoir, le tout à proximité immédiate d’un étable dans lequel se trouvaient 18 vaches isolées, car prêtes à mettre bas, alors que la façade de l'étable dans lequel elles se trouvaient, était en feu. Chacun a prêté mains fortes et toutes les bêtes ont pu être évacuées vers un étable voisin, avec beaucoup de difficultés, les animaux revenant continuellement vers le feu, en bousculade, sans heureusement  blesser personne.

    Les pompiers de Gedinne, venus à une quinzaine d'hommes, se sont attaqués à éteindre les machines et la devanture de l’étable que le feu allait finir par percer. Ils ont aussi  surveillé de près le corps de logis se trouvant en contrebas de la ferme.

    En finalité, plusieurs machines ont été brulées et l'étable a souffert patr les flammes en facade et au toit par le rayonnement des fortes chaleurs.

    L'origine du feu proviendrait d'un problème électrique au tracteur  avec lequel le fermier avait travaillé jusqu’en fin de soirée avant de le remiser à proximité de l’étable.

    L’hiver dernier, Abel Adam avait déjà subi les dégâts des fortes neiges et deux de ses hangars s'étaient effondrés avec un sinistre de plus de 700m² en raison de l’accumulation des neiges.

     

  • GEDINNE DECOUVERTES 3

    VENCIMONT : La chambre du curé

    Un nom bizzare qui n'a rien à voir avec l'actualité du moment. Il définit juste une petite grotte au lieu dit "Les chutes du Barbouillon" à Vencimont. Les Français rasent Orval en 1793, les troupes de Givet brûlent le château de Beauraing, pillent Gedinne et ses environs. A OIzy, le curé est rançonné  et le clergé se cache en forêt.Le curé de Vencimont (on y arrive) se réfugie dans cette grotte appelée actuellement "La chambre du curé". La Belgique est annexée, Robespierre est guillotiné et le curé de Vencimont rejoint son village. C'est le retour des persécutions contre le clergé, les prêtres doivent se soumettre pour ne pas voir leurs biens confisqués. Seuls ceux qui jurent la haine à la Royauté peuvent exercer le culte.L'abbé Decouvetz de Vencimont refuse la soumission et devient réfractaire. Il rejoint sa grotte, sa chambre. Il célèbre la messe en cachette et exerce discrètement ses devoirs de prêtre, sans jamais être dénoncé.La paix entre l'église et l'Etat a été rétablie en 1801 avec un concordat entre Bonaparte et le pâpe. Le culte catholique est désormais libéré et libre.

     A voir à Vencimont aux lieu dit "chutes du Barbouillon"

  • GEDINNE DECOUVERTES 2

    A LOUETTE SAINT PIERRE

    La ferme Jacob

    La ferme jacob, quelques encâblures plmus loin que la tour du millénaire, est une des maisons les plus éloignées du Grand Gedinne. Aussi réelle que légendaire, la maison affiche en façade une croix "d'escaille" qui aurait été la propriété de la maison avant d'être égarée et retrouvée dans des taillis. Elle a été réinstallée en 1937 sur la maison du 17me tandis d'où elle tenait son origine. lL'immense massif forestier était appeler à se nommer massif de la croix scaille (en égard de la croix d'escaille. La maison, au fil des temps aurait selon la légende acquis un droit d'asile, digne de son temps:Toute personne poursuivie, par exemple pour braconnage, ce qui fut le cas en cet endroit, pouvait entrer se réfugier dans la demeure où il obtenait protection contre les gens d'armes. Larrons, voleurs et criminels y étaient donc protégés après avoit trouvé la pierre d'asile (dans la cheminée de la salle de séjour) où ils figeaient trois doigts de leur main. Elle se trouverait sur un endroit central daux duchés de Bouillon, de Namur, de Luxembourg , de la principauté de Liège et du royaume de France. Actuellement propriétré communale, la légendaire maison forestière est bien réelle et sert de gîte rural.

    A VOIR dans le massif forestier de la Croix Scaille 100m plus loin que le site de la tour du millénaire

  • les futurs barrages de la Houille et de Daverdisse

    Publié le 1er avril, il m'est nécessaire de vous signaler que c'était bel et bien un poisson d'avril, car vous êtes nombreux à avoir mordu à l'hameçon.

     

     

  • GEDINNE DECOUVERTES 1

    documentation: Patrimoine en ardenne namuroise Province de Namur.

    L'arborétum

    10 hectares de bois en forêt entre la gare de Gedinne et Haut Fays offrent aux visiteurs une centaine d'espèces de feuillus et de résineux à découvrir seul mais aussi en famille. Il a été créé en 1903 avec une étude qui était à destination scientifique. On y trouve des espèces européennes mais aussi des exotiques qui peuvent s'adapter aisément à notre climat. La DNF et la commune gèrent l'arborétum et s'y approvisionne en graines forestières tout en lui conservant son aspect touristique et didactique.

    A voir entre Haut Fays et Gedinne Station.

    Le maquis, un camps conservé à la Croix Scaille

    Endroit honorable et respecté où plus de 250 hommes se sont rassemblés  dans le massif de la Croix Scaille, le maquis de Gedinne a commencé en juillet 1944. L'histoir raconte qu'ils ont été rejoint par les sections de Beauraing, Haut Fays et Houyet. Tous ont prêtés serments au règles régissant l'armée secrète. Le 9 aout de la même année, le groupe s'est séparé en 8 camps afin de permettre le rapprochement des hommes vers les endroits où les embuscades et sabotages se trvaient être les plus efficaces. Si vous voulez voir ce camps et le mode de vie des maquis de l'époque, il est reconstitué sur place et vous partirez de la tour du millénaire pour retrouver ces cabanes, et expliqués par 8 panneaux didactiques.

    A voir au départ du site de la tour du millénaire, à la croix scaille

    L'orgue et le retable de l'église

    Il a été inauguré en 2002 et se trouve à l'église paroissiale en remplacement de l'ancien qui servait aux offices religieux depûis 1873. L'instrument, qui a couté la bagatelle de 150.000€, a été réalisé par le facteur d'orgues Dominique Thomas. Il est flanqué de 722 tuyaux,avec un buffet en chêne et un dos en pin d'orégon. Les  claviers sont en chêne plaqués d'ébène.                                                               Le retable de l'église vaut à lui seul de détour et la visite. Un décor de la renaissance avec intérieur bourgeois pour la vierge Marie et l'ange Gabriel, pour l'adoration des bergers dans un temple plutôt que dans un étable. Tout cela annonce l'art baroque du 17me avec des scènes chargées de personnages. Le retable occupe la partie principale du maître hôtel sur une largeur de 2,30m, avec 2 étages, 6 niches qui retracent la vie et la passion du Christ. Au centre, le tabernacle qui repréente la dernière scène avec deux formes féminines pour l'amour et l'espoir. Autre curiosité de cette église, la tour romane du 12me dont la chaire de vérité et les confessionnaux sont du 16me.

    A voir dans léglise paroissiale de Gedinne.