62423540

SUITE du CONSEIL COMMUNAL DU 28 OCTOBRE 2015

Le point supplémentaire venant du groupe "L'Equipe"

Reconnaissance de la rue de Nevraudure à Vencimont

La rue de nevraudure existe à Vencimont depuis de très nombreuses années. Elle n'a cependant jamais été officiellement inscrite au domaine public.

Le dernier PCA, qui avait été approuvé dans cette zone,le reprenait toutefois comme voirie.Sur cette base, le conseil communal de Gedinne avait fait élaborer un plan d'emprises afin de l'incorporer dans la voirie communale.

A notre connaissance, ce plan n'a jamais été soumis à l'approbation du conseil Communal. les travaux ont d'aménagement ont cependant té réalisés sur une partie du tracé de la rue, avec installation d'une conduite de distribution d'eau.

Par la suite le PCA a été abrogé par le onseil d4Etat et le conseil communal actuel a décidé d'élaborer un "RUE" pour tout ce quartier.

Nous pensons que ce nouveau projet devrait rerendreles équipements existants. A cette fin, il nous parait indispensable d'inorporer la rue existante dans la voirie communale. C'est la raison pour laquelle, nous proposons au consil communal d'approuver le plan de la ru de nevraudure à Vencimont.

Projet de délibération:

Vu le code de la Démocratie Locale, vu la la proposition faite par le groupe "l'Equipe" de reconnaître la rue de Nevraudure à Vencimont, le groupe a demandé de passer le point au vote afin d'approuver le plan de reconnaissance de la rue de Nevraudure à vencimont.

La réponse du bourgmestre Massinon

 

"Mesdames et Messieurs,

 
Vous n'êtes pas sans savoir qu'en date du 27/04/2006, lorsque le conseil communal présidé à l'époque par mon prédécesseur a pris la décision de demander au STP de réaliser un plan d'acquisition de l'assiette de la Rue de Nevraudure, nous étions encore dans le cadre d'un PCA qui avait été adopté en décembre 1977.
C'est ainsi que dès après les élections d'octobre 2006 l'échevin en charge de l'urbanisme a repris tout naturellement le dossier ; et cela entre autre dans le cadre de la pose d'une conduction de distribution d'eau dans le quartier.
A noter qu'à l'époque le dossier d'acquisition des différentes parties de parcelle a été bloqué vu quelques refus et/ou réticences de la part de plusieurs propriétaires.
 
Vous n'êtes pas sans savoir que le dit PCA a été cassé en octobre 2009 et qu'un projet de RUE est actuellement en cours d'élaboration.
 
Et que ce RUE propose dans sa version actuelle une utilisation de la zone de loisir de manière différente à ce qu'elle est actuellement.
Entre autre pour le haut de la rue de Nevraudure où le développement de projets d'hébergements touristiques ne se ferait plus le long du haut de la rue de Nevraudure.
 
Vous n'êtes pas sans savoir qu'il a été clairement annoncé que le projet de RUE allait être retravaillé suite à l'enquête publique sur base d'un questionnaire qui va être proposé aux différents intéressés.
Et donc, 
Vu que la demande du  27/04/2006 a été faite dans le cadre de l'existence d'un PCA intégrant la rue de Nevraudure telle qu'elle est actuellement.
Vu que ce PCA  a été cassé en 2009
Vu qu'un projet de RUE est en cours
Vu que reconnaître la rue de Nevraudure dans sa forme actuelle reviendrait à ajouter une contrainte supplémentaire aux discussions en cours dans le cadre de l'élaboration d'un RUE qui convienne aux uns et aux autres,
Je propose de ne pas répondre positivement à votre demande.
 

 

Il est clair cependant que si le RUE nouvelle version intègre la rue de Nevraudure telle qu'elle est actuellement et que ce RUE est accepté et ne fait pas l'objet d'un éventuel recours au conseil d'état, il conviendra de reconnaître un jour cette rue de Nevraudure comme vous le souhaitez."
Au votele point a été refusé majorité contre minorité, soit 6 oui et 8 non.

 

 

Interpellation Citoyenne à Gedinne

Géraldine Godart a interpellé les conseillers communaux et la présidente du CPAS de Gedinne, en ces termes :

L’Europe et le Belgique sont confrontées à une crise humanitaire grave suite à l’afflux croissant de réfugiés – hommes, femmes et enfants -  en quête de sécurité et d’un avenir acceptable. Ces citoyens du monde fuient les conflits et les violences qui ont cours dans de nombreux pays.

En Belgique, nous entendons ça et là des propos de rejet ou de discrimination. C’est regrettable. Pourtant, favoriser l’accueil et l’intégration inconditionnels de ces personnes en danger est la garantie d’une société bienveillante et apaisée ; ce que tout citoyen est en droit d’attendre. Heureusement, nous assistons aussi à un incroyable élan de générosité des citoyens envers ces réfugiés.

Dans ce contexte, il nous semble nécessaire et important de prendre un certain nombre d’initiatives concrètes. Elles passent par un accueil de première ligne, en offrant un toit, de la nourriture, des soins, des vêtements … Mais aussi, à plus long termepar des cours d’alphabétisation, de l’aide aux devoirs pour les enfants ou encore de la formation pour les parents, notamment aux réalités de notre société.

Toutes les aides seront les bienvenue.

Dans le cadre de l’accueil des réfugiés que l’Etat belge s’est engagé à accueillir, nous espérons que Gedinne puisse faire sa part et être solidaire de ces populations déracinées.

Monsieur le Bourgmestre, madame la présidente,

Qu’a-t-il été prévu par la commune et le CPAS pour l’accueil et l’intégration de ces personnes, à court ou à plus long terme ?

Merci pour votre attention.

La réponse du Bourgmestre Massinon :

 

"Mesdames et Messieurs,

Pour faire court, car il est beaucoup débattu de ce dossier en d'autres lieux, veuillez noter que nous, commune et Cpas, sommes bien entendu en contact avec le Fédéral; c'est-à-dire avec le niveau de pouvoir en charge de l'accueil des réfugiés sur le territoire belge.

J'ai d'ailleurs assisté le 16 de ce mois à Namur, à une réunion traitant entre autre de cette problématique, et ce à l'initiative de M. le Gouverneur de la Province; notre interface faut-il le rappeler avec le fédéral et donc avec Fédasil.

Et j'ai également eu l'occasion de rencontrer, à ma demande, le directeur des centres Fédasil de Pondrome et de Sugny. 

Celui-ci m'a expliqué la situation locale par le détail; situation locale qui n'a rien à voir avec la problématique de l'accueil de première ligne tel que celui du Parc Maximilien il y a quelques semaines.

Et M. le Directeur m'a également signalé qu'ils n'étaient actuellement en demande ni de vêtements, ni d'autres choses (nourriture, etc) que nous pourrions peut-être penser qu'il leur manque. 

Il n'en n'est en effet fort heureusement rien.

Pour ce qui est du logement éventuels de réfugiés sur le territoire de la commune, veuillez noter que ce point doit être débattu au CPAS jeudi prochain; et que je ne peux pas préjuger des décisions de ce conseil de l'action sociale.

Dans tous les cas, sans aucun doute, d'une manière ou d'une autre, le CPAS sera-t-il appelé à participer à l'action; comme peut-être par exemple via l'article 207 qui impose aux différents CPAS du territoire belge de s'occuper d'un certain nombre de réfugiés non présents sur le territoire communal."

 

Chacun a eu droit à 10 minutes, Mme Godart pour s’exprimer et le Bourgmestre Massinon pour répondre.

 

Daniel J

Les commentaires sont fermés.