62423540

  • cons com DAVERDISSE 28 MAI

    Cette séance communale de Mai s'est déroulée à 7 conseillers, Marie Noëlle Nicolas et Olivier Guichard étant excusés.

     

    Sanctions administratives communales. Avenant à la convention de mise à disposition d’une commune d’un fonctionnaire provincial en qualité de fonctionnaire sanctionnateur

    L’avenant prévoit d’adapter les indemnités réclamées à la commune pour le traitement des dossiers.

    L’indemnité à verser par la commune à la province se composerait comme suit :

    -       Un forfait de 25 € par dossier traité

    -       50% de l’amende effectivement perçue, avec, dans ce cas, déduction du forfait de 25 €

    -               Un forfait unique de 15 € par dossier traité en matière d’arrêt et de Règlement complémentaire de police. Marquage d’un passage piéton à Gembes. Unanimité.

       

    Marquage d’un passage piéton à Gembes

    Il a été proposé de créer un passage piétons à la rue des Ecoles à Gembes à hauteur du n° 8. Cette mesure sera matérialisée par les bandes de couleur blanche parallèles à l'axe de la chaussée prévues à l'article 76.3 de l'Arrêté royal du 1er décembre 1975.

    - Le présent règlement sera soumis à l’approbation du Ministre compétent de la Région wallonne Unanimité

    -        

    Projets de délimitation des zones de prévention des prises d’eau de surface ou souterraine. Projet du contenu du rapport sur les incidences e Gestion des cours d’eau non navigables.  Proposition de convention de coopération horizontale non-institutionnalisée entre la commune et la province de Luxembourg

    Le décret du 3 octobre 2018, entré en vigueur le 15 décembre 2018, a modifié le Code wallon de l’Eau.

    Il confirme la répartition des cours d’eau non navigables en trois catégories gérées respectivement par la Région wallonne, par les Provinces et par les Communes. L’objectif vise une gestion intégrée, équilibrée et durable des cours d’eau. Il en découle de nouvelles missions pour les gestionnaires, notamment les autorisations domaniales et l’élaboration des Programmes d’Actions sur les Rivières par une approche Intégrée et Sectorisées (PARIS). Ce décret est une charge de travail supplémentaire pour l’administration.

    Vu l’expertise des services techniques provinciaux, lesquels étaient chargés avant ce décret de délivrer les autorisations domaniales notamment, le Conseil provincial a décidé de créer un dispositif de coopération horizontale avec pour objectif la mise en place de synergies relatives à la gestion conjointe des cours d’eau de deuxième et troisième catégories.

    La Province se chargerait :

    -    En matière d’autorisations domaniales :

    •    remise un avis technique préalable lors d’une demande d’autorisation domaniale communale

    •    gestion administrative et juridique de la demande d’autorisation domaniale communale

    •    coordonner les autorisations domaniales entre les cours d’eau de deuxième et de troisième catégorie qui sont continus -    en matière d’élaboration des PARIS :

    •    alimentation d’une base de données unique développée par le SPW

    •    coordonnée l’approche intégrée entre les cours d’eau de deuxième et troisième catégorie qui sont continus

    La commune se chargerait

    -    En matière d’autorisations domaniales :

    •    Organiser la réunion préalable de concertation

    •    Contrôler la conformité des travaux vis-à-vis de l’autorisation domaniale communale

    -    en matière d’élaboration des PARIS :

    •    participer activement à la définition des enjeux et objectifs pour les cours d’eau de troisième catégorie

    •    apporter toutes les informations et documents utiles à l’élaboration des PARIS de communes limitrophes ou des cours d’eau de deuxième ca Gestion des cours d’eau non navigables.  Proposition de convention de coopération horizontale non-institutionnalisée entre la commune et la province de Luxembourg

    Le décret du 3 octobre 2018, entré en vigueur le 15 décembre 2018, a modifié le Code wallon de l’Eau.

    Ce décret confirme la répartition des cours d’eau non navigables en trois catégories gérées respectivement par la Région wallonne (1ère catégorie), par les Provinces (2ème catégorie) et par les Communes (3ème catégorie).  L’objectif de ce nouveau cadre juridique vise une gestion intégrée, équilibrée et durable des cours d’eau. Il en découle de nouvelles missions pour les gestionnaires, notamment les autorisations domaniales et l’élaboration des Programmes d’Actions sur les Rivières par une approche Intégrée et Sectorisées (PARIS). Il découle de ce décret une charge de travail supplémentaire pour l’administration.

    Vu l’expertise des services techniques provinciaux,

    le Conseil provincial a décidé de créer un dispositif de coopération horizontale avec pour objectif la mise en place de synergies relatives à la gestion conjointe des cours d’eau de deuxième et troisième catégories.

    La Province se chargerait :

    -    En matière d’autorisations domaniales :

    •    remise un avis technique préalable lors d’une demande d’autorisation domaniale communale

    •    gestion administrative et juridique de la demande d’autorisation domaniale communale

    •    coordonner les autorisations domaniales entre les cours d’eau de deuxième et de troisième catégorie qui sont continus -    en matière d’élaboration des PARIS :

    •    alimentation d’une base de données unique développée par le SPW

    •    coordonnée l’approche intégrée entre les cours d’eau de deuxième et troisième catégorie qui sont continus

    La commune se chargerait

    -    En matière d’autorisations domaniales :

    •    Organiser la réunion préalable de concertation

    •    Contrôler la conformité des travaux vis-à-vis de l’autorisation domaniale communale

    -    en matière d’élaboration des PARIS :

    •    participer activement à la définition des enjeux et objectifs pour les cours d’eau de troisième catégorie

    •    apporter toutes les informations et documents utiles à l’élaboration des PARIS de communes limitrophes ou des cours d’eau de deuxième catégorie

    On n’a pas trop le choix, a conclus Anne Devlaminck sur ce point voté à l’unanimité.

     

    Finances communales. Imputation. 

    En sa séance du 25 avril 2019, le Collège communal a décidé d’exécuter et d’imputer deux factures relatives aux travaux d’entretien et de curage des égouts réalisés en 2018 facturés en 2019. Ces travaux ont été réalisés dès lors qu’il était nécessaire pour le dossier du Plan d’investissement communal de disposer de l’analyse du réseau d’égouttage pour les voiries qui y sont inscrites.  Les crédits budgétaires nécessaires seront inscrits en modifications budgétaires n°1.

    Ces décisions sont soumises à la ratification du Conseil communal. Unanimité.

     

    Financement de divers investissements extraordinaires voiries et bâtiments. Conditions. 

    L’administration a reçu les décomptes finaux pour les travaux de voiries réalisés dans le cadre du PIC. Les travaux des aménagements des installations du club de football sont terminés et ceux de l’école de Haut-Fays en attente de réception provisoire.

    Un cahier des charges a été établi par l’administration en vue de financer ces différents investissements extraordinaire (montant à financer de l’ordre de 650.000 €) et est soumis au Conseil communal pour approbation. Le budget estimé de la charge d’emprunt sur 20 ans est de 166.437,41 €. Unanimité.

     

    Remplacement du photocopieur multifonction de l’administration communale.

    En juin 2011, la Commune attribuait le marché de fourniture d’un photocopieur multifonction pour l’administration communale à Ricoh. Elle souscrivait parallèlement à un contrat d’entretien d’une durée  de 5 ans, renouvelable annuellement tacitement pour une durée de deux maximum.

    Le contrat d’entretien vient à échéance en septembre prochain. Dès lors que le fournisseur ne peut garantir la disponibilité de pièces en cas de panne, que ce photocopieur sert comme copieur, imprimante couleur, scanner et fax, il est proposé au Conseil communal d’acquérir un nouveau photocopieur multifonction pour l’administration communale dans le cadre de la centrale de marché de la Province de Luxembourg. Le montant

    est estimé 6.169,09€ Unanimité.

     

    Bibliothèque communale. Avenant à la convention de dépôt avec la Bibliothèque provinciale.     

    En décembre 2009, le Conseil communal avait décidé d’adhérer à diverses conventions proposées par la Bibliothèque provinciale dont une portait sur un dépôt de livres et la seconde sur un dépôt de jeux.

    La Bibliothèque provinciale a adressé en 2019 une nouvelle proposition de convention multi supports. Cette convention regroupe notamment les dépôts livres et jeux. Le montant de la redevance pour cette convention est de 350 € contre 327,45 € par le passé pour le dépôt livre et 195 € pour le dépôt jeux. La commune, soit un gain de 172,45 € par an.

    Il est proposé au Conseil communal d’approuver l’avenant proposé. Unanimité.

     

    Ecole communale de Gembes. Remplacement du photocopieur.

    La Commune de Daverdisse a acquis auprès de votre société un photocopieur pour l’école communal de Gembes en  octobre 2008. Elle était liée par un contrat d’entretien d’une durée de 10 ans, renouvelable annuellement.

    Le photocopieur doit être remplacé (matériel défectueux et plus de pièce disponible).

    Il est proposé d’acquérir un photocopieur noir et blanc dans le cadre de la centrale de la Province du Luxembourg. Le budget est de 1.402,56 €. Bibliothèque provinciale est estimé est de 6.169,09 €.166.437,41 €. Unanimité.

     

    Contrat Rivière Lesse.

    Proposition d’actions 22.12.2019- 22.12.2022. La part communale est de 1.434€ et a été acceptée à l’unanimité

     

     

    Association de projet Ardenne Méridionale COMPTES 2018

    « C’est un beau projet dont la commune profite, avec un parc naturel approuvé par le comité de gestion » a déclaré Anne Devlaminck tandis que le bourgmestre : « Nous avons tous intérêt à ne pas passer à côté de ce dossier. Le but est de faire un projet pilote à adapter. Le parc naturel n’est pas une réserve, c’est économique …..(A achever SVP)

     

        Suivent ensuite

    les Assemblées Générales ORES, IMIO, VIVALIA, ainsi que SOFILUX  et IDELUX 

    ajoutées aux autres points. Un débat  sur la compréhension du rapport , a été conduit par Anne Devlaminck, laquelle  s’est abstenue sur ce point, soit 6 oui et une abstention. Les autres ont été votées à l’unanimité.

     

    ORES Assets. Assemblée générale.

    Ordre du jour

    1.         Présentation du rapport annuel 2018

    2.         Compte annuels arrêtés au 31 décembre 2018

             Présentation des comptes et des rapports de gestion et règles d’évaluation y afférent ainsi que du rapport de prises de participation

             Présentation du rapport du réviseur

             Approbation des comptes statuaires d’ORES Assets arrêtés au 31 décembre 2018 et de l’affectation du résultat

    3.         Décharge aux administrateurs pour l’exercice de leur mandat en 2018

    4.         Décharge au réviseur pour l’exercice de son mandat en 2018

    5.         Constitution de la filiale ORES Assets en vue d’exercer les activités de « contact center »

    6.         Modifications statutaires

    7.         Nominations statutaires

    8.

     

    .IMIO. Assemblée générale ordinaire.

    Ordre du jour de l’assemblée générale ordinaire

    1.         Présentation du rapport de gestion du Conseil d'Administration ;

    2.         Présentation du rapport du Collège des contrôleurs aux comptes ;

    3.         Présentation et approbation des comptes 2018 ;

    4.         Point sur le Plan Stratégique

    5.         Décharge aux administrateurs ;

    6.         Décharge aux membres du collège des contrôleurs aux comptes ;

    7.         Démissions d’office des administrateurs ;

    8.         Règles de rémunération

    9.         Renouvellement du Conseil d’Administration   Actualisation de l’année 1

     

    Vivalia. Assemblée générale ordinaire

    L’Assemblée générale est fixée au 25 juin 2019. Les documents seront transmis par courriel à l’administration entre le 22 et le 24 mai 2019. Ces derniers seront transférés aux membres du Conseil communal dans les meilleurs délais.  des 16.Sofilux. Assemblée générale ordinaire. Décision

    Ordre du jour

    1.         Rapport de gestion, rapport du Collège des Contrôleurs aux comptes

    2.         Bilan et compte de résultats arrêtés au 31 décembre 2018, annexe et répartition bénéficiaire

    3.         Rapport du Comité de rémunération

    4.         Financement du renouvellement de l’éclairage public

    5.         Décharge à donner aux administrateurs et Commissaire pour l’exercice de leur mandat en 201

    6.         Nominations statutaires

    7.         Renouvellement des organes de gestion statuts – Liste des associés +

     

    Suivent SOFILUX ET IDELUX , dont l’accord a été également unanime.

     

    Le point supplémentaire  de COMM’UNE ACTION par Anne Devlaminck

     

    Il s’en est également suivi le point supplémentaire mis à l’ordre du jour, émanant de Anne Devlaminck, du groupe Comm’une Action.

     Dans son point supplémentaire, il s’agissait d’inclure des clauses  environnementales, sociales et éthiques dans les cahiers des charges des marchés publics.

    Ce point fera l’objet d’un prochain article, qui prolongera celui-ci incessemment, lequel permettra de terminer cette séance publique du conseil communal de Daverdisse de ce 28 mai.

    Conseil communal du 28 mai 2019

    Point complémentaire : achats durables

    Proposé par Comm’une Action                                 

    Remis au Bourgmestre le 22 mai 2019

     

    Note explicative de Anne devlaminck

    Face au défi climatique et à la régression de la biodiversité, ou encore aux conditions de travail indécentes par exemple dans la fabrication de tee-shirts au Bangladesh ou ailleurs, on demande aux citoyens de changer leur choix de consommation afin d’émettre moins de CO2, de moins polluer, de diminuer leur empreinte écologique. Responsabilité individuelle des citoyens, d’accord. Mais c’est aussi aux autorités publiques de montrer l’exemple et d’assumer elles-aussi leurs responsabilités notamment dans leur politique d’achat.

    Les communes, par leurs achats de biens et de services, agissent sur les marchés de ces biens et services, en choisissant des produits plus ou moins « durables » que ce soit en matière d’environnement (pollutions, émissions de CO2…) qu’en matière de respects des droits sociaux (travail des enfants, travail sous-rémunéré et dangereux). 

    Le plan d’action du Gouvernement fédéral « Entreprises et droits de l’homme » du 20 juillet 2017 a identifié deux principaux secteurs à risques  pour des produits « non durables » : l’habillement et l’industrie extractive (pierres naturelles, produits électroniques…). D’autres produits peuvent faire la différence pour la nature et les conditions de travail, pour peu qu’on les choisisse en connaissance de cause : papier, café, ameublement, véhicules, dumping social lors de travaux, … 

    Dans un courrier de mars 2019, le Gouvernement wallon quant à lui demande aux communes « de repenser leurs procédures d’achat pour que ceux-ci, non seulement  répondent à leurs besoins, mais permettent aussi d’atteindre plus amplement des objectifs en matière de réduction de l’empreinte écologique et d’insertion socioprofessionnelle, tout en valorisant davantage le potentiel économique des PME wallonnes ». 

    Il demande aux communes de signer « la charte pour des achats publics responsables » démontrant leur engagement en faveur du respect des ressources de la planète et des conditions de travail décentes. La signature de cette charte est un engagement qui fait preuve de responsabilité et d’exemplarité envers la société et son avenir.                  

    Pratiquement, il s’agit d’inclure des clauses environnementales, sociales et éthiques dans les cahiers des charges des marchés publics.

    Acheter « durable » est une chose. Ensuite, il faut communiquer aux citoyens sur cette politique d’achats, pour qu’eux aussi soient plus attentifs dans leurs achats et dans leurs choix de consommation.

    Un exemple parmi d’autres, dans ses marchés publics concernant des produits en bois et de papier, la commune peut inclure une clause afin que les produits achetés soient labellisés PEFC. La commune de Daverdisse étant par ailleurs labellisée PEFC pour sa production forestière, elle pourrait communiquer sur ce label : un mot sur la page d’accueil du site web de la commune, des panneaux sur le terrain, un article dans le Bulletin communal etc. Cette communication amènerait les citoyens à prêter attention au label PEFC dans leurs propres achats en bois et papier (portes, châssis, revêtement de sol, tables, balançoires, clôtures etc).  

     

     

     

    Bibliographie :

    Courrier du Gouvernement wallon aux communes du 1er mars 2019 proposant la signature de la Charte pour des achats publics responsables au sein des pouvoirs locaux.
    Charte pour des achats publics responsables.
    Produire et acheter « durable » mais aussi communiquer – Christel TERMOL - UVCW, février 2019.
    a. Ba des achats publics durables à l’usage des citoyens – AchACT – janvier 2018.
    Site web de soutien technique aux communes : https://marchespublics.wallonie.be/home/pouvoirs-adjudicateurs/passer-un-marche-public-responsable.html
     

     

    Proposition de délibération  

    Le conseil communal,

    Considérant  qu’agir sur les marchés publics qui représentent une part de marché de 16% du PIB de l’Union Européenne constitue un puissant levier pour ré-orienter les modes de production et de consommation ;

    Considérant que non seulement les administrations publiques se doivent de modifier leurs habitudes d’achats en faveur de produits durables, mais aussi qu’elles doivent le faire savoir ;

    Considérant que les marchés publics constituent pour la commune un important levier de la politique communale que ce soit en matière sociale, environnementale ou de respect des droits de l’Homme ; que cela ne se traduit pas nécessaire­ment en coûts plus élevés pour la commune ;

    Considérant qu’en Belgique, les dispositions légales encouragent les acheteurs publics à orienter l’acquisition de biens ou de services dans le sens d’une meilleure durabilité ;

    Considérant la nouvelle loi sur les marchés publics entrée en vigueur le 30 Juin 2017 facilite la référence à des labels, autorise la prise en compte de l’ensemble du processus de production, et à tenir compte non seulement du coût d’acquisition mais de l’ensemble des coûts liés au cycle de vie du produit ;

    Vu le Plan d’action du Gouvernement fédéral « Entreprises et droits de l’homme » du 20 juillet 2017 lequel a identifié deux principaux secteurs à risques  pour des produits « non durables » : l’habillement et l’industrie extractive (pierres naturelles, produits électroniques…) ;

    Considérant que d’autres produits peuvent faire la différence pour la nature, la biodiversité et les conditions de travail, pour peu qu’on les choisisse en connaissance de cause : papier, café, ameublement, véhicules, dumping social lors de travaux, … ;

    Vu le courrier de mars 2019 du Gouvernement wallon demandant  aux communes « de repenser leurs procédures d’achat pour que ceux-ci, non seulement  répondent à leurs besoins, mais permettent aussi d’atteindre plus amplement des objectifs en matière de réduction de l’empreinte écologique et d’insertion socioprofessionnelle, tout en valorisant davantage le potentiel économique des PME wallonnes » ;  

    Considérant que le Gouvernement wallon propose aux communes de signer « la Charte pour des achats publics responsables » démontrant leur engagement en faveur du respect des ressources de la planète et des conditions de travail décentes ; que la signature de cette charte est un engagement qui fait preuve de responsabilité et d’exemplarité envers la société et son avenir ;    

    Considérant que la Wallonie s’engage à ren­forcer les clauses environnementales, sociales et éthiques dans les marchés publics relatifs à certaines catégories de produits et organise annuellement un concours récompensant les acheteurs publics et entreprises ayant conclu des marchés inté­grant de telles clauses de manière ambitieuse ;

    Considérant que la démarche d’achat public durable est plébiscitée de manière grandissante par les citoyens et qu’elle suscite une prise de conscience des entreprises, de plus en plus nombreuses à reconnaître que relever ces défis so­ciaux majeurs constitue le fondement de leur viabilité économique ; que dès lors, les acheteurs publics qui intègrent des critères sociaux dans leurs ca­hiers de charges peuvent trouver des soumission­naires et assurer la couverture de leurs besoins à coût global concurrentiel ;

    A l’unanimité des membres présents,

     

    DECIDE :

    D’adopter la Charte pour des achats publics responsables au sein des pouvoirs locaux  et de communiquer l’engagement de la Commune de Daverdisse au SPW, Direction du développement durable ;
    D’orienter les achats publics de la commune vers des achats durables, respectueux de normes environnementales, sociales et éthiques ; pour ce faire, le prix ne sera plus l’unique critère d’attribution ; il sera notamment complété par des critères de performance environnementale, énergétique et sociale et, le cas échéant, par l’ensemble des coûts liés au cycle de vie du produit ;
    De procéder à un état des lieux de son budget ordinaire d’achats de fournitures et de services durables et éthiques et de veiller à augmenter ce pourcentage de 10 points par an ;
    De mettre en place une politique de formation et d’accompagnement du personnel en charge des achats et des marchés publics en faisant appel à des associations spécialisées dans les différents domaines d’interventions (écologiques, sociaux, éthiques) ;
    De sensibiliser et de former les utilisateurs aux particularités d’utilisation des fournitures concernées afin de promouvoir quand c’est possible une consommation moindre, une réutilisation et un recyclage de ces produits. Dans ce cas précis, un ou plusieurs référents seront désignés parmi le personnel communal ;
    De recevoir annuellement du collège un rapport faisant état de l’avancement en matière de politique d’achats durables ;
    Charge le collège communal de communiquer régulièrement auprès de la population sur sa politique d’achats durables.

     

    La réponse du bourgmestre Maxime Léonet

    • Réponse au point supplémentaire de Mme A. De Vlaminck

      Bien évidement qu’il faut se questionner sur la durabilité des achats et autant que faire se peut disposer de critères qualitatifs, sociaux et environnementaux ! Nous le faisons de manière pragmatique et non-formalisée (et ceci dans l’intérêt de notre commune) depuis des années. Nos prédécesseurs s’y intéressaient déjà avant même que cela ne soit devenu une mode. Il y a bien longtemps que la flotte communale n’est plus entièrement équipée de véhicules diesel par exemple.

      Mais les outils que vous proposez sont totalement inadaptés. Sans parler de la charge de travail…. Etat des lieux, rapports annuels, accompagnement du personnel, et j’en passe… nous sommes et souhaitons rester un service public efficace et proche de nos habitants, quelle serait la plus-value d’une  transformation de notre administration en une usine à gaz ingérable ? Poser la question, c’est y répondre. De toute façon, nous ne disposons pas du personnel nécessaire et si nous décidions d’engager, cela ne serait pas la priorité de nos services, restons pragmatique.

      Un petit explicatif pour les personnes moins au fait de la gestion communale (dont, à notre grande surprise, vous semblez faire partie) apparaît pour le moins nécessaire.

      Au 16 mai 2018, 58 communes sur les 262 communes de la Région wallonne ont signé la charte dans laquelle vous souhaiteriez que nous nous engagions dont 4 sur les 44 de la Province du Luxembourg (Bertrix, Bastogne, Marche-en-Famenne, Tenneville), soit de communes de plus grande importance que la nôtre.

      Comme déjà expliqué lors de la séance du Conseil communal du 5 février 2019, vu la taille de la Commune et le nombre d’agents administratifs qu’elle compte, la Commune recourt pour une grande partie de ses achats et fournitures aux marchés organisés par le Service Public de Wallonie et la province du Luxembourg. Dès lors que Gouvernement wallon invite les communes à adhérer à une charte en ce domaine, nous ne pouvons qu’en conclure que les cahiers des charges des centrales d’achat organisés par le SPW intègre les dimensions économiques, environnementales, sociales et autres dans le cahier des charges. A fortiori, de par son adhésion et le recours à leur centrale de marché, la commune accède d’ores et déjà à votre demande.

      Dire que la commune ne fait rien ou pas assez en termes de marchés publics est faux. Ainsi lors de l’achat d’une imprimante pour une école ou l’administration, les services sont toujours attentifs au cout des cartouches d’encre, au nombre d’impression par cartouche. Le choix se porte toujours sur la machine qui présente le meilleur rapport qualité/prix tant au niveau de l’achat que du fonctionnement.

      II est de la responsabilité de notre commune de veiller à garantir des services de proximité à ses habitants.

      Si la commune de Daverdisse doit veiller aux dimensions sociales, elle doit également veiller aux dimensions économiques et environnementales. A force de prévoir des marchés avec des clauses contraignantes, la Commune n’aurait plus qu’à aller s’approvisionner auprès des grandes entreprises de distribution. Pareille attitude conduira à la fermeture de nombre de commerces et à long terme à l’exode des populations rurales vers les grands pôles urbains. Un nouveau commerce d’alimentation de proximité s’est ouvert à Haut-Fays. Il semble pertinent que la commune s’y approvisionne en café et autres produits notamment pour l’administration et dans le cadre d’activités culinaires organisées par le service extrascolaire.

      Se posera également la question des entretiens et des réparations, des pertes de temps qui en découleraient pour le personnel communal, de la consommation de carburants et de ses effets sur l’environnement.

       

      Au niveau des dimensions sociales, les cahiers des charges incluent depuis plusieurs années déjà des dispositions en matière de mise en travail de ressortissants de pays tiers en séjour illégal ou en matière de rémunération.

      Pour ouvrir le débat plus loin, notre Commune est pro-active en matière de développement durable, notre PAED qui sera bientôt mis à jour en est un bel exemple, de plus :

      • Le PCDR est lié à un agenda 21 local
      • Les travaux de rénovation dans les bâtiments sont réfléchis en gardant à l’esprit les énergies renouvelable (panneaux photovoltaïques, panneaux solaires, pompes à chaleur, …)
      • Un projet d’expérimentation forestière va être lancé en collaboration avec la Société royale forestière afin d’évaluer l’adaptation, les performances (croissance, rendement), la qualité sylvicole et technologique ainsi que l’impact potentiel sur la biodiversité de nouvelles essences/provenances dans l’optique de sélectionner celles qui pourront être acclimatées à l’avenir en vue d’adapter la forêt belge au changement climatique
      • La promotion de la certification PEFC est reprise à l’entrée des bois communaux, dans tous les cahiers des charges de vente de bois et sur les factures. Elle sera également reprise sur le futur nouveau site internet de la commune

       

      Deux précisions par rapport à ce dernier alinéa, au niveau communication, notre commune a déjà rencontré l’intercommunale Idélux pour discuter des modalités de convention et du canevas du futur site internet communal (avec présence du logo PEFC) . De plus, si vous aviez consulté le fichier « powerpoint » du colloque forestier que vous avez réclamé au dernier conseil, les affichages en entrée de bois communaux que vous réclamez y apparaissent. Ce qui veut dire que nous sommes dans les premières communes à les avoir placés.

       

      Ce que nous trouvons dérangeant dans votre manière de présenter ce point supplémentaire, c’est de tout tourner comme si nous ne faisions rien, alors que nous sommes reconnus comme une des communes les plus engagées. Pareil dans d’autres domaines, nous n’avons pas donné suite à plusieurs demandes, comme les communes accueillantes pour la communauté LGBT par exemple. Cela n’empêche pas que nos services ont toujours eu le même niveau d’accueil, pour tout demandeur, sans distinction. Signer des chartes pour se donner bonne conscience n’est pas la recette que nous privilégions. Evitons de tout complexifier, restons simple, c’est dans l’ADN de notre commune !

       

      En résumé, cette proposition fait preuve d’une totale méconnaissance du fonctionnement des communes rurales et de notre administration en particulier. Cela en est à se demander si vous y avez réellement presté par le passé.

      Nous proposons le retrait de ce point de l’ordre du jour pour ne pas devoir proposer au vote quelque chose d’idéologique et de non applicable à notre structure. Les triples élections du 25 mai étant dernière nous, nous espérons que vous allez cesser de vous laisser influencer par de la pseudo idéologie de bas étages. Nous sommes persuadés que vous valez mieux que cela, il serait temps de commencer à le prouver et de se mettre au diapason de l’intérêt général de notre commune.

    • Le point concerné et demandé par Anne Devlaminck a été voté par 6 voix contre et une voix pour.

    • Daniel Jeanbaptiste
    •  
  • Féerie des Genêts

    1 et 2 juin

    Grand défilé de chars garnis de genêts

    Entrée gratuite tout le Week-end !

    Samedi 1er juin à 19h00 : Présentation des équipes de chars (chapiteau de la Grand'Place).
    Animation musicale assurée par Patrick Duquenoy
    Barbecue et bar

    Dimanche 2 juin à 15h00 : Grand défilé de chars.
    Départ rue de Charleville.
    Participation de groupes folkloriques et musicaux.
    Remise des prix à 19h00 au chapiteau.
    Fête, convient aux enfants

    https://www.facebook.com/events/544593086066845/

    fg.jpg

    JFK

  • Ciné Gedinne, du 29 mai au 6 juin

    cige.jpg

    29/05 au6 juin

  • Marché de produits locaux, et atelier...

    Samedi 1 juin

    Atelier "Bougies Naturelles", de 9h à 12h

    ml.jpg

    JFK

  • Ciné Gedinne, du 22 au 30 mai

    Encore un beau programme cette semaine avec deux sorties nationales: "John Wick 3" et "Aladdin".

    Une soirée spéciale ce vendredi 24 avec "Aujourd'hui" en présence du réalisateur et des associations locales ouvrant pour un monde plus durable.

    Et enfin deux séances supplémentaires pour "Sortir du rang", le film de Patrick Séverin sur la pédagogie active. Ne le ratez pas!

    Ciné Gedinne

    cige.jpg

    JFK

  • Aujourd'hui, Ciné Gedinne !

    Ce vendredi 24 mai, nous vous proposons une soirée spéciale autour du film "Aujourd'hui", en présence de David Islas, le réalisateur.

    L'occasion de mettre en lumière les associations locales qui œuvrent pour un monde plus durable et qui proposent des dynamiques de transition écologique, économique et sociétale.

    Un beau moment en perspective.
    Ciné Gedinne

    auj.jpg

    JFK

  • Féerie des Genêts

    1 et 2 juin

    Grand défilé de chars garnis de genêts

    Entrée gratuite tout le Week-end !

    Samedi 1er juin à 19h00 : Présentation des équipes de chars (chapiteau de la Grand'Place).
    Animation musicale assurée par Patrick Duquenoy
    Barbecue et bar

    Dimanche 2 juin à 15h00 : Grand défilé de chars.
    Départ rue de Charleville.
    Participation de groupes folkloriques et musicaux.
    Remise des prix à 19h00 au chapiteau.
    Fête, convient aux enfants

    https://www.facebook.com/events/544593086066845/

    fg.jpg

    JFK

  • Ciné Gedinne: soirée débat "Le temps des forêts"

    Ce lundi 20, en collaboration avec la commune de Gedinne et les Poliniz'acteurs, nous vous proposons un documentaire sur la gestion des forêts.

    La projection sera suivie d'un débat autour de la question.

    N'hésitez pas à réserver.

    Ciné Gedinne

    ar.jpg

    JFK

  • Festival Polliniz-Acteurs

    Du 17 mai au 2 juin

     

    image.jpg

    Une quinzaine… le temps de sensibiliser les habitants et les visiteurs des communes de Bièvre, Gedinne, Les Hautes–Rivières (FRANCE), Paliseul, Vresse-sur-Semois, et d’ailleurs…

    Les sensibiliser... ? Oui ! Mais à quoi ?

    Logo_2018_2-01.pngÀ l’importance des pollinisateurs pour la biodiversité, pour l'environnement et pour la survie de l’espèce humaine, ainsi qu'au danger de l’usage des pesticides et à son impact sur les pollinisateurs,...

    Et surtout, permettre à chacun de nous de devenir acteur de la protection de la Nature, des pollinisateurs, de la biodiversité. Pour a&c.JPGce faire, informer, former et conseiller aux méthodes alternatives aux pesticides, et aux possibilités d’aider ces petits insectes. Nous inciter à agir en faveur des pollinisateurs, de la biodiversité et nous permettre de devenir à notre tour des "pollinisateurs" de ces idées.

    Une multitude d’animations seront proposées dans toute la région.

    polact.JPG

    polact2.JPG

    polact4.JPG

    Tickets animations
    https://www.polliniz-acteurs.org/tickets/

     

    Polliniz-Acteurs
    https://www.polliniz-acteurs.org/

    Abeilles&co
    http://www.abeillesetcompagnie.be/fr

    Printemps Sans Pesticides
    https://printempssanspesticides.be/

    Coordination :
    Graines d'adultes pour un autre demain... asbl
    Rue des Prés-Lauvaux, 8 b
    5555 Petit-Fays
    BELGIQUE

    fp.JPG

    JFK

  • Randonnée VTT de la Houille

    Le 19 mai, de 7.30 à 11.30h

    6ème édition de la randonnée vtt de la Houille

    Départ Centre Sportif de Gedinne
    Rue de la Morie, n°9, 5575 Gedinne

    Inscription 5€
    Choix entre différentes distances

    Renseignements: 0476679310
    https://www.facebook.com/events/347950695816484/

    vtt.jpg

    JFK